Le blog de la CT2C

Un projet, une histoire – Unow

Par Régis Millet , publié le 23 Mars 2017

Chapitre 1 – Comment tout a commencé


Ah ! Je me souviendrai toujours de l’un de mes tout premiers élèves sur Live Mentor, une plateforme de mentoring en ligne. A l’époque elle se nommait Hello Mentor et je m’y étais inscrit, suite aux conseils d’un ami, en tant que formateur Ruby On Rails.

Un beau matin (c’est toujours des beaux matins), j’ai reçu une demande de formation un peu particulière où il s’agissait d’aider l’élève à mettre une plateforme open source « Canvas LMS (Learning Management System) » sur Heroku – un service cloud facilitant normalement la mise en ligne de la plateforme d’enseignement.

Cet élève n’était autre que Yannick Petit, futur fondateur de la très célèbre société Unow, leader dans la conception et l’hébergement de MOOCs. Mais à cette époque Unow n’existait même pas et n’était qu’au stade embryonnaire.

J’ai accepté cette formation sans savoir tout ce que cela allait déclencher par la suite. J’ai donc mentoré quelques heures Yannick pour lui apprendre les rudiments de ruby et l’aider dans son propre projet. A l’époque il était en réalité impossible de déployer Canvas LMS sur Heroku, je ne pense d’ailleurs pas que cela soit possible aujourd’hui. Il y avait une erreur impossible à résoudre car cela nécessitait de pouvoir installer un logiciel particulier, requis par Canvas, mais impossible à mettre sur Heroku.

Suite à ce premier contact, Yannick est ensuite revenu me voir quelques semaines plus tard car ils avaient réussi (avec Jérémie, son associé) à décrocher leur premier contrat avec France Business School (quels champions !). La mission consistait à déployer Canvas sur un serveur dédié (interne à l’école) puis d’interconnecter Canvas avec le LDAP de l’école (autrement dit, faire du SSO… ou encore autrement dit, permettre aux utilisateurs existants dans les systèmes de l’école de se connecter, avec les mêmes identifiants, à Canvas).

J’y suis parvenu, en moins d’une semaine. Ce qui me paraît long quand aujourd’hui je ne mets plus que 2 heures pour déployer une plateforme Canvas optimisée. Cette mission engendra la suivante, consistant à déployer Canvas sur notre propre serveur dédié pour proposer aux clients de Unow une offre d’hébergement des cours en plus de leur offre de consulting. Yannick, satisfait, pouvait enfin faire démarrer concrètement le projet Unow et créa la société peu après avec son associé Jérémie Sicsic.

Chapitre 2 – Une belle aventure humaine


Au fil des mois et des projets remportés par Yannick et Jérémie, je fus amené à travailler de plus en plus avec eux. Je les ai rencontré à l’époque où ils logeaient tous deux dans un tout petit bureau qu’un espace de co-working leur louait à des tarifs défiant toute concurrence (faut dire qu’ils connaissaient déjà du monde ).

J’ai vu ensuite la société Unow grandir, dépasser la dizaine d’employés, puis la vingtaine. Changer de bureaux, encore… et encore… et encore… pour avoir plus grand, pour avoir un studio privé pour le tournage des vidéos des MOOCs… Ah mais oui ! Reprenons, je ne vous ai pas encore dit ce que réalise Unow !

Des MOOCs. Mais aussi des SPOCs et des COOCs. On dirait des recettes de cuisine. En fait c’est un peu ça, mais dans le domaine de la formation. Les MOOCs sont des cours massifs en ligne et ouverts à tous, donc, gratuits. Les SPOCs, c’est la même chose, mais petits et privés, et donc souvent payants car offrant un enseignement d’aussi bonne qualité qu’une formation en présentiel. Les COOCs c’est la même chose qu’un MOOC mais avec un petit tampon d’une grande société comme BNP Paribas ou SNCF avec qui nous avons du coup travaillé (et plein d’autres que vous pouvez retrouver sur www.unow.fr dans « ils nous font confiance ») qui peuvent être ouverts ou réservés uniquement aux employés et partenaires de la société.

La société Unow c’est avant tout des engagements humains. Une réelle volonté de donner accès à des formations qualifiantes au plus grand nombre. Des humains passionnés mettant leur compétence au service d’humains passionnants et désireux d’apprendre.

Leur plus gros MOOC, « Gestion de Projet », enseigné par Rémi Bachelet, professeur à Centrale Lille, est un des plus beaux et gros MOOCs réalisé à ce jour dans le monde francophone. C’est plus de 15 000 inscrits à chaque édition. Nous avons dépassé les 100 000 inscrits à la 7ème édition. Nous avons reçu des mots de remerciement du monde entier, d’Afrique centrale, de France, d’ailleurs, de coins reculés où l’accès à Internet et à l’électricité s’avère même difficile.

Grâce à eux j’ai eu l’opportunité de me sentir réellement utile à l’humanité, en ayant le sentiment d’apporter quelque chose ayant une réelle valeur ajoutée et surtout humaine.

Chapitre 3 – Un véritable challenge technique


La collaboration avec Yannick et l’ensemble de l’équipe Unow fonctionnait si bien qu’ils ont décidé de me garder et me présenter comme leur CTO. De 2013 à 2016, j’ai donc endossé ce rôle en donnant le meilleur de moi-même. Durant toute cette période, Unow n’a jamais intégré d’autre profil technique à l’équipe (ils ont essayé à un moment, mais ça n’a pas collé, j’aimais pourtant bien la personne qu’ils avaient recruté).

La responsabilité pesant sur mes épaules était donc lourde. Je devais revêtir toutes les casquettes techniques qui existent : administrateur système, architecte réseau, expert en sécurité, développeur ruby on rails, développeur JS, CSS, traducteur, conseillé technique (etc.) et même comptable pour prévoir les coûts de la partie technique et comparer diverses solutions d’hébergement.

Autrement dit, un véritable CTO couteau Suisse, des dires de Yannick. Dans notre jargon ça se traduit par « Dév fullstack » avec de solides connaissances en architecture réseau et sécurité (mon expertise première et qui restera toujours ma passion personnelle).

Parmi les plus gros challenges, j’en dénombre plusieurs :
1- Les fichiers excels des questions de sécurité pour les entreprises du CAC40 pour héberger leur plateforme d’enseignement en marque blanche
2- La croissance hallucinante du nombre d’inscrits par cours sur la plateforme faisant découvrir régulièrement des nouveaux goulots d’étranglement et nécessitant de faire évoluer l’architecture des serveurs
3- Une société annonçant qu’elle va effectuer des tests de vulnérabilités et d’intrusion mensuels sur le serveur hébergeant leur plateforme d’enseignement
4- Le reverse engineering de Canvas LMS et l’ajout de nouvelles fonctionnalités dans un code dépassant les 500 000 lignes ruby (plus de 3 millions de ligne de code au total), maintenu par une équipe de dév conséquente basée aux Etats Unis
5- La gestion des conflits lors de chaque mise à jour du cœur du code de notre LMS et la minimisation de ces derniers en gardant un code perso propre et facile à maintenir
6- La remontée des pull requests vers Canvas
7- La connexion SAML entre le site wordpress unow.fr et la plateforme LMS unow-mooc.org
8- Une connexion SSO sur mesure pour connecter les utilisateurs directement sur notre plateforme LMS depuis une autre plateforme d’e-learning que possédait une société cliente de Unow
9- Le développement d’une application sur mesure pour l’intégration de Serious Games développés par API Learning (le MOOC ayant intégré cette application a d’ailleurs été primé dans la catégorie innovation dans l’enseignement)

[Attention, le paragraphe suivant inclut plein de termes techniques ]
Heureusement, pour certains points je n’étais pas forcément seul. Notamment pour la dernière évolution de l’architecture de unow-mooc.org, j’ai travaillé conjointement avec mon collègue et ami Alexandre Fouché de mon réseau Greaaat. Ce dernier a été très professionnel et a permis le déploiement automatique de notre plateforme sur des serveurs CentOS grâce à puppet. Il a également amélioré le load balancing frontal que j’avais mis en place, supprimant un nœud critique (le proxy) grâce à la technologie Route 53 d’AWS. Et plus belle réussite, il a mis en place un système de redondance avec failover automatique au niveau de la base de données postgres (en master/slave).

Il en a profité pour me former sur les outils qu’il utilise et maîtrise, me permettant de comprendre et réutiliser ces derniers pour mes propres besoins et pour maintenir l’architecture (ajouter d’autres serveurs, etc.). Notre collaboration a été extrêmement fructueuse et je n’hésiterai pas à travailler de nouveau avec lui.

Grâce à ça nous avons désormais une plateforme stable et redondée, évitant au maximum les risques de perte de données ou de perte d’activité.

J’ai également toujours beaucoup apprécié la volonté ouverte de Yannick à financer mes propres formations pour les besoins de Unow. J’ai ainsi pu apprendre une quantité de connaissances démesurée pour faire face à tous les challenges techniques pour permettre à Unow d’avancer, d’être toujours au top et de répondre positivement aux demandes les plus difficiles.

Chapitre 4 – Ce que l’avenir réserve ?


Eh bien, malheureusement, l’aventure palpitante que je vis avec eux va s’arrêter courant 2017 pour diverses raisons, notamment parce que j’ai toujours gardé un statut d’indépendant, de Freelance, et qu’il est temps pour eux d’intégrer une équipe en interne pour monter encore en puissance.

J’avoue évidemment que cela me fait un pincement au cœur. Yannick a été un invité d’honneur à mon mariage (à ma table). Je suis devenu ami avec nombre de personnes ayant rejoint le projet Unow. Nous sommes partis en séminaire avec eux et ma femme, à Lille, pour passer un agréable week-end. Alors évidemment, je les quitte un peu triste car j’étais attaché à eux.

Mais en même temps c’est pour le mieux et j’approuve leur décision d’intégrer une équipe. Je dirais même, il était temps ! Surtout que la personne qui me remplace semble être tout à fait compétente et saura, je ne me fais pas de soucis, porter une attention toute aussi poussée que la mienne à la qualité du travail fourni pour Unow et aux valeurs de la société. Je ne peux que leur souhaiter tout le succès qu’ils méritent tant !

Personne ne peut savoir ce que l’avenir réserve. On m’aurait dit, début 2013, que je rencontrerai mon plus beau projet à ce jour à bien des niveaux en donnant une petite formation à une personne avec qui je deviendrai ami sur un site de mentoring… évidemment, j’aurais dit : mais vous êtes fou, ce genre d’histoire, c’est bien trop beau pour être vrai.


Index --

Ct2c-slider-fleche-top
  • Aucun commentaire - Soyez le premier !

Insérez votre commentaire
  1. Min: 50 caractères, Max: 800. Actuellement: 0 caractères

  2. ne pas remplir